Pourquoi je voterai pour Bouteflika le 17 avril

akakir

(source photo : Akakir)

Depuis mes précédents articles, je n’ai cessé de taper sans aucune pitié sur la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à son propre poste de président de la République. Plutôt qu’un sprint en fauteuil roulant, ce dernier a préféré organiser un marathon de partisans à son profit. J’ai eu tort. Ces dernières semaines m’ont ouvert les yeux quant à la candidature du président Bouteflika, car il est bien le seul à pouvoir gérer notre pays, de sa main (droite) de fer ! (La gauche étant un peu plus molle). De nombreux partisans et représentants du président, du simple civil à son directeur de campagne (notre cher ex-chef du gouvernement Abdelmalek Sellal) m’ont finalement convaincu de voter Bouteflika aux élections du 17 avril …enfin… si le consulat se décide à envoyer ma carte d’électeur. Si c’est le cas, je penserai à toutes ces choses que Bouteflika a fait pour l’Algérie et que je n’ai cessé d’entendre ces dernières semaines.

Grâce à lui , je bois du café : 

Depuis quelques années, le consommateur algérien a pu observer une explosion des marques de café sur le marché. Nizière, Bonal, Facto, Mani, Famico et j’en passe, remplissent désormais les étals des supermarchés et épiciers de quartier. Etant une petite nature, mes expériences avec ces cafés m’ont généralement valu des palpitations et des nausées sévères. Par précaution, de nombreux cafés préfèrent servir à leurs clients du café « Lavazza » (donc italien) plutôt que le bon vieux tord-boyaux local. Mais les « qahwaji » restent toujours fidèles au local en servant le bon vieux « café press » à leur clientèle aussi viril que le gout du café qu’ils boivent. Cependant, je ne m’étais jamais posé la question sur cette large gamme de cafés qui se répandait en Algérie, pensant que le café était aux Algériens ce que le riz est pour les Chinois, un point c’est tout.

Mais voici qu’une mystérieuse supportrice de Bouteflika est invitée sur un plateau télévisé pour vanter les mérites de son grabataire. Son argument de choc : « C’est grâce à lui que nous buvons du café ». Enfin, elle ne l’a pas vraiment dit comme ça, disons que je m’en tiens à une simple reformulation de son argument qui était le suivant :

 « Avant, on ne trouvait même pas un seul endroit où prendre un café. Aujourd’hui ,en rentrant dans nos grandes surfaces, on se croirait en France ou aux Etats-Unis. Tout est disponible. Et c’est grâce à qui ? C’est grâce à cet homme : Bouteflika ! « 

Je ne vais pas m’attarder à faire la comparaison entre un supermarché algérien et un supermarché américain. Pour la conclusion si vous voulez toucher un algérien au coeur, parlez-lui de café !

C’est Allah qui l’a choisi 

Dans la catégorie des meilleurs partisans de Bouteflika, j’appelle « le visionnaire ». Encore un autre invité d’une émission de la chaîne publique (si dévouée à la neutralité de l’information ) qui déclare : « Dieu a donné le pouvoir au président Bouteflika pendant quinze ans, vous êtes contre Allah ?  » . Et c’est ainsi qu’Allah fit une révélation à Abdelaziz Bouteflika un jour d’avril 1999 « Mon petit , je te donne le pouvoir, durant quinze ans tu régneras sur l’Algérie, tu sortiras ce pays de la médiocrité, gagneras le second mandat à 84,99 % des voix parce que 85 %, ça fait moins crédible. Tu useras d’intelligence pour modifier la Constitution et mettre fin à la limitation des deux mandats. »

Voilà qu’on élève Bouteflika au statut de prophète. Mais si Allah lui a donné le pouvoir pendant toutes ces années, va-t-il lui donner l’immortalité ?

Parce que Cheb Khaled peut boire du whisky avec ses amis 

Après Allah et le café, Cheb Khaled est probablement le 3e plus grand centre d’intérêt des Algériens. Ambassadeur musical de l’Algérie à travers le monde entier, adulé par les pays arabes, à un tel point que le Maroc lui a offert un passeport. Qui de mieux placé pour parler de Bouteflika ? Un artiste résidant en France, puis au Maroc et qui  grâce à Bouteflika effectue des séjours au bled un peu plus « agréables » en allant boire un whisky avec un ami dans un grand hôtel. Un luxe que beaucoup d’Algériens ne peuvent se payer !

Parce que les moustiques du « printemps arabe » ne nous ont pas atteints

Depuis le début de la campagne du président Bouteflika, Abdelmalek Sellal ne cesse de nous régaler avec ses « sellaliates », friandises humoristiques que je ne saurais compter tellement elles sont nombreuses. La dernière en date, celle du « moustique », ou devrais-je dire, le « printemps arabe ». Car c’est ainsi qu’il nomme le « printemps arabe », à qui le président Bouteflika aurait « fermé la porte ». Toutefois, il tient à signaler que si le moustique tentait d’entrer par la fenêtre, « nous, nous avons du Moubid* pour les exterminer! » .

Tout est dit, les moustiques du « printemps arabe » n’auront qu’à bien se tenir !

Parce qu’il s’adresse toujours directement au peuple (ironie)

Depuis son retour en Algérie après son AVC contracté en avril dernier, Bouteflika est très rarement apparu sur la sphère médiatique. Voire jamais. A l’exception de quelques apparitions télévisées muettes dans lesquelles on le voyait toujours confortablement installé dans son fauteuil et accueillant tel ou tel diplomate, ministre ou membre de son gouvernement. Alors que les autres candidats à la présidentielle sont déjà à l’assaut des wilayas du pays pour leur campagne, Bouteflika est le grand absent de sa propre campagne. Sa présence lors de cette campagne se limite au dépôt de son dossier de candidature au Conseil constitutionnel. Une première dans l’histoire des campagnes présidentielles. Toujours est-il qu’il aime bien continuer dans la mascarade électorale dans laquelle il est devenu le maître. A défaut d’un discours au peuple, il s’est contenté d’écrire ou de dicter, peu importe, cette longue et interminable lettre. Une révolution dans la politique, la présidence épistolaire ! 

Grâce à lui, les médias télévisés sont enfin libres !

Depuis quelques années, le visage télévisuel algérien a vu la multiplication de chaînes en tous genres, pour la plupart d’information généraliste à la BFM TV ou CNN. Version algérienne bien entendu. En Algérie, nous avons une version bien spéciale de la liberté d’information. Prenons l’exemple parfait : Ennahar TV versus Atlas TV.

Ennahar TV diffuse régulièrement des reportages en soutien à Bouteflika, à l’exemple d’un micro-trottoir tourné au centre d’Alger, où les passants tenaient tous des propos des plus élogieux à l’égard de Bouteflika. A l’exemple d’une concitoyenne qui se réjouissait du fait qu’il avait donné du travail aux jeunes (d’où les nombreuses manifestations de chômeurs), qu’il avait créé le métro (le projet a été lancé il y a plus de 20 ans, Bouteflika n’était même pas élu) et « le tramouway », oui on le prononce comme ça chez nous. Sur cette chaîne , vous verrez les opposants au 4e mandat diabolisés, considérés comme des traîtres à la patrie. A l’opposé, Atlas TV est une des rares chaînes locales ayant diffusé les images des manifestations du mouvement BARAKAT contre le 4e mandat, et montrant de manière explicite certains manifestants se faire jeter dans des fourgons de police. Mais bon, ça, c’était avant le 12 mars, date où les autorités ont décidé la fermeture de la chaîne. La police s’en est donné à coeur joie : perquisition des locaux et saisie de matériel. La chaîne a cessé d’émettre depuis.

Pour finir sur la neutralité de l’information , la journaliste Farida Belkacem en est l’exemple le plus incroyable. Alors qu’elle présente une émission politique sur la chaîne publique , elle pose comme question de fin à ses invités « Si vous aviez le choix entre l’Algérie et la démocratie , que choisiriez-vous ? « . Elle a le mérite d’être franche, entre démocratie et Algérie, il faut choisir !

En bref , je voterai pour Bouteflika parce que je suis une « vraie » Algérienne, celle décrite par les vendus du système. J’aime le café qui me noircit les dents. Je n’aime pas contrarier Allah même si je me permets un petit whisky de temps en temps. Et pour finir, j’aime me déplacer dans la capitale en métro pour entendre la douce voix des speakers me dire « Prouchaine statian : Place du 1er Mai ». En bref, je suis une utopie algérienne.

 

Si certains continuent à hésiter quant à leur choix de vote, je les invite à visionner cette nouvelle vidéo de soutien à Bouteflika. Après le célèbre titre d’USA for Africa « We are the world », voici « Notre serment pour l’Algérie ».

Comme vous l’avez vu Bouteflika est devenu une cause humanitaire. Alors, faisons-lui don de ce 4e mandat !

 

Moubid : marque de spray antimoustiques 

The following two tabs change content below.
Bloggeuse algérienne et étudiante en technologies de l'information et communication à Montpellier. Mordue d'écriture et d'humour , j'essaie toujours de mêler ces deux aspects en gardant un point de vue lucide sur les choses.Passionnée par le monde arabe et ses mouvements perpétuels , gourmande d'infographies en tous genres et accro de shopping à mes heures perdues.

4 réflexions au sujet de « Pourquoi je voterai pour Bouteflika le 17 avril »

  1. Je crois, ma chère Lina, que vous n’avez pas changé d’avis. Il me semble que vous êtes sure que le Consulat n’assurera pas la logistique électorale.
    Moi, j’ai fait un billet « Présidence à perpétuité », où je pense que sa « candidation » est un crime contre l’humanité.
    Pour ce qui est de vos nouveaux arguments:
    1) au lieu du (des ) café(s), mettez vous au thé
    2) pour ce qui du choix d’Allah; je vous renvoie au livre de AHMADOU KOUROUMA « Allah n’est pas obligé »
    3) la liberté de la presse pour dire qu’il faut voter pour la main droite de fer ou de Gauche,
    4) ils peuvent prendre leur whisky, leur champagne, tout en laissant ce grand peuple, fier et riche, se gouverner pour s’épanouir

    C’est une momification du pouvoir, à la suite de laquelle l’instabilité risque de reprendre ses droits, par les tiraillements et conflits d’intérêts entre les (très) Généraux qui, semble-t-il, ne se sont pas entendu sur une candidature fédératrice (des militaires, bien entendu)

    Merci pour ce bel article, empreint d’un succulent grain d’humour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *