A la télévision algérienne on parle de politique, mais pas du pouvoir

Chroniqueurs de l'émission Al Djazairia Weekend

Chroniqueurs de l’émission Al Djazairia Weekend

Les réformes  » démocratiques  » engagées par les gouvernements successifs se sont parfois transformées en cadeaux empoisonnés tant pour le pouvoir que pour le peuple. Lorsque le président Chadli a voulu ouvrir l’Algérie au multipartisme, elle a connu le FIS (Front islamique du salut) et la décennie noire. En 2011, le gouvernement a décidé de privatiser partiellement le secteur télévisuel. Trois ans plus tard, la chaîne  » Atlas TV  » a été mystérieusement retirée de nos listes de chaînes, et aujourd’hui, une émission satirique  » El Djazairia Weekend  » a été arrêtée, à la « surprise » de ses animateurs comme de son public,après  » des pressions insoutenables » .

Lire la suite